zaa.archi | Iriez-vous habiter sur une ville flottante ?
Architect in Montreal
Architecture, Design, Montreal
22412
post-template-default,single,single-post,postid-22412,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.4,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Iriez-vous habiter sur une ville flottante ?

Les architectes rivalisent de créativité pour imaginer la ville du futur.
Mais les villes flottantes constituent-elles une solution réaliste au défi de la ville durable ?

Lancée en avril 2012 par le biologiste et cinéaste Jean Lemire, la mission du Sedna IV « 1000 jours pour la planète » est une expédition océanographique, dont le but est la défense de la biodiversité marine. Cependant, les navires, à l’instar du Sedna IV, ne sembleront-ils pas bientôt dépassés ? Résultant d’une collaboration entre l’architecte Jacques Rougerie, l’océanographe Jacques Piccard, et le spationaute Jean-Loup Chrétien, le premier laboratoire flottant, le Seaorbiter, doit être construit cette année. Véritable maison sous-marine mobile, il permettra des missions océanographiques de longue durée. De manière plus insolite, des architectes ont imaginé des villes flottantes sur les mers. Or, pourront-elles être viables, vivables, et équitables ? (…) Au-delà des rêves, le premier architecte à avoir conçu une ville flottante est le français Paul Maymont en 1959 avec Thalassa [la mer en grec], pensée pour désengorger Tokyo. Organisée selon un système d’îles artificielles, reliées entre elles, et connectées à la terre ferme, Thalassa est à l’origine des deux grandes catégories de villes flottantes : les villes reliées à la terre, à l’image de Wetroplis pour Bangkok ou de de Noah pour la Nouvelle-Orléans, et les villes autarciques, comme les îles Green Float destinées aux eaux chaudes équatoriales, ou l’île Arc Island, censée soutenir des gratte-ciels. (…) Zoubeir Azouz, architecte, insiste sur l’importance de l’idée de contexte : « Il n’est pas question de concevoir des villes autarciques ». Et il ajoute : « Mes projets ne sont pas figés car ils reposent sur des unités modulaires. Puis, une rive, cela ancre. Cette crainte du néant est une vision très européenne ». Cependant, l’ensemble des experts s’accordent sur les potentialités d’innovations technologiques des villes flottantes. Lors de sa participation à l’édition 2011 du concours EUROPAN, Zoubeir Azouz a proposé la création d’une cité lacustre à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis, France). Son approche est biomimétique : « Il s’agit d’adapter l’architecture à la nature, et non l’inverse.

Écriture de presse – 17/01/13 – Alexandre Serres, journaliste à RFI – Radio France Internationale.

Pour en savoir davantage sur le projet de la Cité Lacustre, veuillez suivre ce lien.