zaa.archi | L’épiderme aérien des villes présenté au forum des données géospatiales
Architect in Montreal
Architecture, Design, Montreal
22436
post-template-default,single,single-post,postid-22436,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.4,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’épiderme aérien des villes présenté au forum des données géospatiales

“L’épiderme aérien des villes” présenté au forum des données géospatiales de la Ville de Montréal et au Geomatics Symposium / 3-4 octobre 2013.
Simulation du relief du Mont-Royal à partir de photos aériennes. La canopée urbaine est reconstituée sous forme d’une continuité organique à part entière, garante de l’équilibre ville-nature.

Stratégies et politiques de transition pour un aménagement écologique et viable des toits.
Les toits peuvent couvrir plus de 30 % des surfaces horizontales d’une ville. Or, dans un contexte de densification des villes, visant à freiner l’étalement urbain, à atténuer les problèmes de transports et d’énergie tout en améliorant la qualité de vie, la mise en valeur de ces surfaces minéralisées offre un nouveau terrain d’investigation et d’intervention pour de nouveaux paysages urbains. Le toit est vu comme une interface utile et active entre le bâti urbain et les radiations solaires, le vent, les précipitations en plus d’offrir l’espace disponible pour divers usages et pour l’introduction du verdissement des villes. Par exemple, la végétalisation des toits peut contribuer à réduire les effets des trombes d’eau et leurs risques accrus d’inondations, ce qui est plus efficace encore quand ces toits sont de véritables jardins urbains, comme l’a reconnu le maire de New York qui a consenti d’importants budgets pour soutenir ces jardins, soit l’équivalent du montant qu’il aurait dû, sinon, investir pour la construction de bassins de rétention. La pertinence de ce forum tient d’abord au caractère novateur
de son objet et à l’importance stratégique de cette réflexion éco-sociologique sur la reconfiguration des villes dans un souci de protection et de valorisation de la biodiversité, de convivialité et de résilience urbaine. La pertinence de cet événement précédé d’un colloque scientifique tient également à la mise en commun d’expertises très diversifiées (architectes, urbanistes, sociologues, géographes, biologistes, écologues, etc.) visant à se donner des outils communs permettant d’appréhender ces questions novatrices dans toute leur complexité, de limiter les freins et de favoriser les incitatifs à ces transitions essentielles en contexte de crise écologique et énergétique.

ZAA-GEOMATICS-2013-

Présenté par Richard Mongeau – Division de la Géomatique – Ville de Montréal.