zaa.archi | Déconstruction et reconstruction des formes: une méthode menant à la compréhension de la géométrie spatiale.
Architect in Montreal
Architecture, Design, Montreal
22099
post-template-default,single,single-post,postid-22099,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.4,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Déconstruction et reconstruction des formes: une méthode menant à la compréhension de la géométrie spatiale.

Affiche scientifique présentée au 9e colloque International sur la Conception et la Design 01DESIGN9′ du 6-9 Mai 2014 à Tunis. La neuvième édition 01Design 2014 s’inscrit dans le prolongement des huit précédentes rencontres qui ont interrogé sous différents angles les niveaux de perméabilité qu’entretiennent le design des objets physiques et numériques, objets communicants, Internet des objets, interface cognitive, impression 3D, design social, réalité augmentée, réalité virtuelle, etc. Toutes les productions contemporaines provenant des technologies informationnelles percutent le champ de la conception, de la création et jusqu’à leur enseignement même.


Déconstruction et reconstruction des formes: une méthode menant à la compréhension de la géométrie spatiale.
Zoubeir Azouz, Mithra Zahedi
Mots-clefs : géométrie spatiale, déconstruction, reconstruction

L’apprentissage de la géométrie spatiale
L’apprentissage de la géométrie a toujours été considéré comme un fondement pour étudier et décrire la forme des objets. Cet apprentissage fait traditionnellement partie du programme pédagogique de la première année de design industriel et se base sur les méthodes d’enseignement de la géométrie descriptive, en vue de comprendre la tridimensionnalité des objets. Les volumes, les intersections entre ces volumes et les projections sur un plan sont alors étudiés en deux dimensions et permettent ainsi de reconstituer la proportion des formes. De cette initiation, les étudiants apprennent à représenter les objets 3D en 2D. Cependant, étant donné la capacité des étudiants à illustrer les interactions entre les formes graphiquement, l’accessibilité des logiciels de modélisation 3D et la facilité de leur apprentissage, l’enseignement de la géométrie spatiale tel que présenté auparavant semble de moins en moins pertinent.

Objectif : déconstruction de formes complexes en volumes géométriques simples
Dans ce contexte, nous avons développé une méthode expérimentale basée sur l’observation des formes et l’apprentissage « par l’action » (Dewey, 1997). L’objectif de cette approche est celui d’initier les étudiants à la compréhension des formes tridimensionnelles par l’observation et la déconstruction des volumes en décortiquant leurs vocabulaires. Cette initiation permet d’identifier la composition géométrique d’un objet s’il est semblable à des parallélépipèdes, des triangles et éventuellement des portions de cylindres ou de cônes. L’objet analysé subi un changement d’échelle jusqu’à trois fois sa dimension afin de le détacher de sa fonction initiale. Cette abstraction permet de reconstruire une interprétation d’une forme de départ, tout en respectant son langage visuel.

Processus pédagogique
Une des activités de la méthode mentionnée consiste à étudier trois types de bouteilles. Ces récipients sont différents par leurs fonctions : l’une correspond à un shampoing, la deuxième est une boisson énergisante et la troisième est un liquide de nettoyage. Il est question de faire découvrir aux soixante-dix étudiants issus de divers parcours académiques, les différents types de formes décrivant ces bouteilles qui paressent à priori banales. La bouteille de shampooing est constituée de formes organiques dont les arêtes courbées révèlent un aspect naturel. La bouteille d’eau gazeuse est cannelée de formes ondulées et le volume s’apparente à un corps féminin. L’allure générale de la bouteille de liquide dentaire est carrée, composée de formes chanfreinées et d’arêtes vives représentant la robustesse. Les vocabulaires formels révélés par les trois objets sont examinés par les étudiants afin de reconstruire leurs versions.
Reconstruction d’objets abstraits suivant la logique formelle des objets initiaux
Ce procédé d’apprentissage s’appuie sur le dessin à main levée et la maquette en carton blanc. La démarche itérative, le changement d’échelle et l’essai-erreurs permettent aux étudiants de développer leurs capacités à visualiser et à comprendre les objets dans un espace tridimensionnel. Les intersections, additions, soustractions recomposées entre elles permettent d’exprimer une interprétation originale du parti pris des créateurs de ces produits de consommation. Simultanément, les étudiants sont sensibilisés aux notions de composition, de structure, d’équilibre et d’harmonie. Ceci permet de leur transférer les connaissances de langage visuel, de comprendre les types de familles de formes et leurs proportions.

Conclusion
Cet apprentissage expérimental développe l’aptitude à imaginer, à concevoir et à modifier des volumes dans l’espace. Les résultats nous permettent de croire que les étudiants ont exprimé de nouvelles constructions mentales tridimensionnelles et ont développé une sensibilité formelle profonde qui leur sera utile lors de la conception de produits.

Références
Dewey, J. (1997). Experience & Education. New York: Touchstone.
Jaques, D., & Calame, J.-F. (2013). Géométrie spatiale. Presses Polytechniques Romandes PPUR.
Westbrook, R. B. (2000). John Dewey 1859-1952. Perspectives : revue d’éducation comparée. Paris, UNESCO, XXIII(1-2), 277-293.